“Cette responsabilité morale du gouvernement belge, nous l’avons reconnue et je la répète à nouveau en ce jour officiel d’adieu de la Belgique à Patrice Emery Lumumba. Je souhaiterais ici, en présence de sa famille, présenter à mon tour les excuses du gouvernement belge pour la manière dont il a pesé sur la décision de mettre fin aux jours du premier Premier ministre du pays”.

la belgique réitère ses excuses à la rdc2

C’est en ces termes que s’est exprimé le Premier ministre belge, Alexander De Croo, ce lundi 20 juin 2022, à l’occasion de la restitution à ses proches d’une dent de Patrice Lumumba. Revenant sur les circonstances du décès du tout Premier ministre, le Premier ministre belge a pointé du doigt les responsables belges de l’époque. Ce dernier a soutenu qu’ils “ont choisi de ne pas voir”, “de ne pas agir”.

Il a conclu ses propos en rappelant qu’une commission d’enquête parlementaire menée en Belgique en 2000-2001 avait conclu à la “responsabilité morale” du pays dans l’assassinat de Patrice Emery Lumuba.

la belgique réitère ses excuses à la rdc1

Assassiné le 17 janvier 1961 avec ses deux compagnons, Maurice Mpolo et Joseph Okito, par des séparatistes Katangais, avec l’appui des mercenaires belges, Lumumba dont le corps a été dissout dans l’acide, n’a jamais été retrouvé.

Le programme des obsèques prévoit qu’une fois rapatrié, le corps de Patrice-Emery Lumumba, ou mieux, ce qu’il en reste, sera acheminé à sa ville natale, précisément à Onalua, dans la province du Sankuru, où sera organisé un deuil familial.

C’est le 24 juin que les reliques atteindront Kisangani, la ville où Patrice Lumumba a forgé son statut de leader politique anticolonialiste, avant de poursuivre son itinérance funéraire jusqu’à Kinshasa pour l’inhumation.

C-RA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.