C’est en ces termes qu’a reagi Me Hugues Pulusi, avocat de l’ancien directeur de cabinet du Chef de l’Etat, Vital Kamerhe, ce jeudi 23 juin 2022, après l’acquittement de son client par la Cour d’appel Kinshasa/Gombe dans l’affaire de détournement des fonds liés à l’exécution du programme de 100 jours, volet infrastructures, qui l’opposait au ministère public. 

” L’ État des droits a retrouvé ses attributs”, estime-t-il.
“On s’est battu sur le plan judiciaire pour prouver qu’il était innocent. […]Kamerhe est un homme sérieux. Il l’a dit, on ne l’a pas cru. Maintenant, c’est la justice qui le dit. L’injustice est réparée”, a-t-il ajouté à la presse.

Le président de l’UNC avait été condamné pour détournement des deniers publics dans le cadre du programme de 100 jours du Chef de l’Etat, principalement la réalisation des maisons préfabriquées.

Sa peine a été revue à la baisse au second degré, et il avait écopé de 13 ans, avant de bénéficier de la liberté provisoire pour être finalement blanchi ce jeudi par la Cour d’appel pour faute de preuves.

Son acquittement ne fait cependant pas l’unanimité. Une certaine opinion voit en cela une continuité de l’impunité que décriée l’Udps de Félix sous le régime Kabila.

C-RA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.