Les rives du Pool portaient vers 1880 le nom de Nkuna-Ntamo; plus par convention des premiers explorateurs que par héritage, on associe le nom de Nkuna a la rive Nord ou fut installé le poste français de Brazzaville entre 1880 et 1884.

Cette “fondation” n’en fut pas vraiment une : sur ce site existaient déjà plusieurs bourgs précoloniaux importants formant une agglomération discontinue certes, mais sans doute peuplée de plusieurs milliers d’habitants.

Il s’agit principalement de Mpila vers l’actuel port de Yoro, d’Okila vers l’Ecole des Peintres de Poto-Poto, de Mfa ou Mfoa vers la Mairie Centrale, de Mbama a la pointe Bacongo, de Maya-Maya a la place de l’aérogare…

Ces bourgs dirigés par un vassal du roi de Mbe desTeke, Makoko Iloo, vivaient du commerce avec le Haut-Fleuve : le roi prélevait d’ailleurs une taxe de 50% sur le commerce de l’ivoire.

L’architecture locale nous est bien connue : les dernières cases précoloniales ont disparu de Mpila vers 1955 seulement. Il s’agissait de structures demi-cylindriques en raphia finement tressé ouverte par une unique porte.

En 1884 le vassal responsable du site était Nguia, chef de Mfa, dont les esclaves logeaient dans 17 cases traditionnelles situées à l’emplacement du Palais du Peuple (palais présidentiel).

A noter que de 1880 à 1882, le responsable du poste de Nkuna, qui allait devenir Brazzaville, était le Sénégalais Malamine.

Le premier “dirigeant” de Brazzaville fut donc un Noir, en qui Savorgnan de Brazza avait toute confiance et estime…


CRA – OCTOBRE/NOVEMBRE 2010 – p35

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.