Le ministère de la Santé publique, Hygiène et Prévention et ses partenaires dont le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF), ont tenu, mercredi 17 Août, à Kinshasa, une conférence de presse à l’occasion de l’organisation, du 16 au 23 août 2023 en RDC, de la semaine mondiale de l’allaitement maternel.

Cette conférence de presse a été co-animée par le directeur de la Direction générale de lutte contre la maladie, le Dr Dieudonné Mwamba, la directrice du Programme national de santé de la reproduction (PNSR), le Dr Anne-Marie Ntumba, la directrice adjointe du Programme national de nutrition (PRONANUT), Béatrice Kalenga, et du chef de la section Nutrition à l’UNICEF/RDC, Denis Garnier.

A cette occasion, le Dr Dieudonné Mwamba a déclaré que la RDC tient à améliorer ses indicateurs sur l’allaitement maternel exclusif. Ainsi, le pays veut passer de 47% de mères qui mettent leurs bébés au sein dans l’heure qui suit la naissance (Enquête Mics 2018) à 80% d’ici 2025.

La RDC veut aussi passer de 53% de nouveau-nés allaités exclusivement au sein durant les 6 premiers mois de leur vie (Mics 2018) à 70% en 2025.

Pourquoi faut-il allaiter le nouveau-né dans l’heure qui suit l’accouchement ?

Les intervenants à la conférence de presse ont tous expliqué les raisons pour lesquelles il est indispensable que la mère donne le lait maternel à son bébé dans l’heure qui suit sa naissance. Quand le bébé reçoit le colostrum qui est le premier lait maternel qui est riche en anticorps, il est protégé contre les infections. Le premier lait que la maman secrète après l’accouchement instaure et consolide le lien mère-enfant. Mettre l’enfant au sein dans l’heure qui sa naissance favorise l’expulsion du méconium, c.à.d. de premières selles.

Les bénéfices de l’allaitement maternel exclusif jusqu’à 6 mois

Les intervenants à la conférence de presse de mercredi ont insisté sur le fait que pendant les six premiers mois de sa vie, le nourrisson doit être nourri au lait maternel, sans aucun autre apport d’eau ni d’aliments liquides ou solides. C’est qu’on appelle « allaitement maternel exclusif. L’OMS et l’UNICEF recommandent que tous les nourrissons soient exclusivement allaités au sein au cours de 6 premiers mois de leur vie.

L’allaitement maternel exclusif améliore la survie du nourrisson, procure des protéines pour la maturation du cerveau, favorise une croissance et un développement adéquats, aidant ainsi à prévenir le retard de croissance. L’allaitement maternel permet d’éviter plus de 54% de tous les épisodes de diarrhée et 32% de toutes les infections respiratoires.

Chaque année en RDC, les pratiques optimales d’allaitement maternel ont le potentiel de sauver 26.592 enfants de moins de 2 ans.

Pour la femme allaitante, l’allaitement maternel facilite son rétablissement après l’accouchement, retarde le retour du cycle menstruel et aide ainsi à prévenir les grossesses rapprochées.

C-RA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.