Lors de son discours du 20 septembre 2022 à l’ONU, Félix TSHISEKEDI, Président de la République Démocratique du Congo (RDC) n’a pas hésité à citer le Rwanda plusieurs fois comme l’agresseur de la RDC. Et ce durant près de la moitié de son exposé qui a duré de 38 minutes. Nous conviendrons que ce n’est pas la première fois que la RDC se plaint devant cette communauté internationale, à la recherche d’une solution pour la fin de cette guerre.

Malgré les rapports et les enquêtes effectués par cette même communauté qui constate l’agression effective, malgré les morts qui ne se comptent plus, rien n’y fait ! La situation ne change pas positivement bien au contraire, nous avons l’impression qu’elle recule.

Pourquoi donc, ne pas remettre en question la sincérité et la volonté des acteurs concernés tant cette communauté internationale que ceux des nôtres qui sont censés s’atteler à trouver la solution au problème ?

On nous parlera peut-être encore de « guerre asymétrique », de « diplomatie agissante », de « respect des accords » … Que des termes pour ne pas utiliser le remède qu’il faut exactement. Et encore que l’ennemi en face n’en ait rien à battre. Ça me rappelle encore cette crise Covid où il ne fallait surtout pas soigner mais absolument vacciner tout le monde sauf ceux qui avaient décidé.

Il y a lieu d’être éclairé sur la présence de l’ambassadeur KAREGA encore en RDC à ce jour alors que son État est désigné comme notre agresseur ; de savoir ce qui est envisagé au sujet des accords économiques avec notre agresseur qui sont simplement suspendus aux dernières nouvelles. Ira-t-on plus loin ? Se poser la question de savoir quelle est cette méthode d’intégrer l’agresseur dans le contingent de EAC pour la pacification de l’Est, comme on l’apprend ?

Plus d’une fois, la RDC a pointé du doigt le problème, allant ci et là rencontrer ceux qui, suivant l’ordre mondial qu’on veut faire croire et imposer, seraient les seuls à terminer cette guerre… Laissez-moi en rire parce que, non seulement ils sont souvent initiateurs et parrains de ces conflits mais, mieux encore, n’ont jamais rétabli la paix là où ils sont passés pour aider ces populations.

Depuis le début de tous ces conflits et guerres en RDC, rien n’a véritablement été fait pour que ça change si ce n’est que l’imposition à la RDC d’une série moqueuse de négociations, rencontres qui nous ne servent qu’à faire perdurer cette situation au profit de ceux qui se reconnaîtront et d’ailleurs que l’on connaît tous.

L’autre moitié de l’exposé était réservé à citer les « potentialités » de ce grand Congo, demander encore et toujours une assistance financière qui, par ailleurs, est asphyxiante pour l’avenir de ce beau pays, ou encore à marquer notre solidarité aux questions liées au Covid et du climat … Je n’en ris pas mais ce dernier point ne me semblait pas nécessairement utile.

Après réflexion, je me demande sur quel partenaire faudrait-il compter pour vaincre cette guerre avec le M23 et faire avancer ce pays si ce n’est d’abord pas nous-mêmes d’abord ? Savons-nous vraiment ce que sont : l’Unité, le Patriotisme, la Volonté politique d’apporter un mieux-être et comprenons-nous ce que nous voulons pour notre destinée ?

Patrick M.T., le 21 septembre 2022

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.