Assemblée nationale: la loi sur les droits des peuples autochtones pygmées adoptée

L’Assemblée nationale a adopté, mercredi 7 avril 2021, la loi sur les droits des peuples autochtones pygmées en République démocratique du Congo (RDC).

Après cette adoption, le texte devra être renvoyé au Sénat pour une seconde lecture, avant d’arriver à la Cour suprême de justice où les hauts magistrats devront statuer sur la constitutionnalité de cette loi. C’est après que suivra sa promulgation par le Président de la République et sa publication au journal officiel.

Pour les responsables des associations et regroupements œuvrant dans la promotion des droits des peuples autochtones, c’est une étape importante franchie après plus de 10 ans de lutte.

« Nous venons de franchir une étape importante. A présent, nous attendons la relecture au Sénat et la promulgation de cette loi par le Président de la République », s’est félicité le coordonnateur de la Dynamique des peuples autochtones, Patrick Saïdi.

Pour sa part, le député Guy Mafuta Kabongo, élu de Tshikapa, estime que l’adoption de la loi relative à la protection des droits des autochtones pygmées constitue une avancée non négligeable. « C’est une avancée significative vers l’intégration et l’égalité des chances envers nos semblables et compatriotes pygmées », a-t-il déclaré au sortir de l’hémicycle.

Mais avant l’adoption de cette loi, des amendements ont été enregistrés. Parmi lesquels celui du député Garry Sakata. Ce dernier a fait une proposition sur la durée de la mise en application, une fois la loi promulguée par le chef de l’Etat. L’Article 142 de la Constitution de la RDC fixe cette durée à 30 jours. Le député Garry Sakata a sollicité un délai de 60 jours en lieu et place de 30 jours. Et l’amendement a été adopté par la plénière.

Porteur de la loi sus indiquée au cours de la législature en cours, le député Ruben Rachidi Bukanga pense que son adoption est historique.
« Je dois être sincère. Depuis que je suis député national, c’est la première fois qu’une loi est votée par tous les députés. Cela veut dire que les élus nationaux ont compris les problèmes que nous avons soulevés pour ces peuples ».

C-RA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils