Bernadette Tokwaulu, la première candidature féminine à la présidentielle de 2023

bernadette aena tokwaulu

Après Martin Fayulu, Adolphe Muzito, Augustin Matata, Franck Diongo et Moïse Katumbi, une dame vient d’annoncer sa candidature à l’élection présidentielle de 2023 en République démocratique du Congo.

Il s’agit de Bernadette Tokwaulu Aena, personnalité politique atypique qui a toujours fait preuve d’une grande indépendance. Elle compte sauver la RDC de balkanisation, estimant que Félix Tshisekedi est incapable d’assurer l’intégrité territoriale de ce pays, incapable de mettre fin à la guerre à l’Est.

Pour la petite histoire, à son entrée en politique en 2006 sous Joseph Kabila, elle est directeur de la logistique de sa campagne présidentielle pour la ville de Kinshasa sous la responsabilité du défunt ambassadeur Augustin Katumba Mwanke, bras droit de Joseph Kabila. Son expérience de l’administration lui permet de réaliser un travail d’organisation de la logistique qualifié de  » scientifique  » qui sera admiré par Joseph Kabila.

Désignée par ce dernier personnalité indépendante de la majorité présidentielle, elle est signataire à titre personnel de ces accords. En application de ceux-ci, elle est nommée DGA de la Snel. C’est pour Bernadette Tokwaulu la réalisation d’une ambition, celle d’atteindre le sommet de son entreprise.

Son passage à la Snel est très remarqué, la population s’habitue à l’appeler par voie des medias pour résoudre les problèmes d’électricité. En bottes en caoutchouc, elle débarque avec transformateurs et câbles pour apporter l’électricité.

Avec ses bottes, elle est sur tous les fronts dans toutes les communes de Kinshasa. L’intérieur du pays n’est pas négligé : Mbandaka, Kisangani, Matadi, Lubumbashi… Elle semble avoir le don de se dédoubler.

Son efficacité et sa notoriété sont telles que la population croit jusqu’à ce jour qu’elle était le PDG de la Snel, alors qu’elle était Directeur Général Adjoint. Le point culminant de son mandat de Directeur Général Adjoint est son intervention devant le Parlement à l’époque où Vital Kamerhe était le Président de l’Assemble Nationale.

tokwaulu
Bernadette Tokwaulu

Elle y a dénoncé d’une façon claire et méthodique un montage financier léonin pour la réhabilitation d’un groupe d’Inga II. Ce montage, selon elle, était un financement  » Banque Lambert  » (financement a intérêt exorbitant qui met le débiteur en banqueroute) qui visait à faire main basse sur le barrage d’Inga II.

L’Assemble Nationale lui avait réservé une standing ovation. Ce contrat sera jeté aux oubliettes. Ce jour est celui du début des déboires de Bernadette Tokwaulu Aena qui venait de déranger les intérêts personnels d’un groupe de décideurs. On a commencé à lui faire la réputation d’être folle.

Le comité de gestion a été remplacé en 2010. Bernadette Tokwaulu a alors réintégré son entreprise, la Snel, dont elle avait déjà atteint le sommet des grades comme Secrétaire Générale.
Néanmoins, toujours active en politique au sein de la Majorité présidentielle, en 2010, avec la Fondation Mzée Kabila, elle participe à la collecte nationale de dons pour les populations retournées des guerres de Kivu.

Elle a assuré la logistique des confessions religieuses (Monsieur Marini, protestant ; Monsieur Djomo, catholique ; Cheick Abdallah, musulman ; Marie Madeleine, Armée du salut ; Pasteur Mukuna Eglise de Réveil) pour la sensibilisation autour du monde contre la Balkanisation.

Cette campagne permettra, quelque mois plus tard, de chasser le M23 qui venait d’occuper Goma. En 2017, la lune de miel avec la Majorité Présidentielle est terminée. Elle dit non à la révision constitutionnelle pour permettre à Kabila de briguer un troisième mandat.

Envoyé à l’Agence Nationale des Renseignements (ANR), elle réaffirme, en tant que signataire de la charte de la MP, que Joseph Kabila doit respecter sa parole et désigner son dauphin parmi les ténors de la MP pour affronter l’opposition aux élections.

A la sortie de l’ANR, les services en concluront qu’elle est folle, et font circuler le bruit.
Comme pour aggraver son cas, toujours membre de la Majorité Présidentielle, elle va manifester avec l’opposition (Martin Fayulu, Samy Badibanga, Jean Claude Vuemba, Clément Kanku) pour le respect de la constitution.

La police et l’armée ayant fait usage d’armes à feu, on la verra sur les réseaux sociaux couchée au sol. D’aucuns l’ont cru morte. Heureusement pour elle, les balles qui l’ont touchée étaient en caoutchouc.

Elle dira plus tard que le choc des impacts des balles lui ont fait croire qu’elle était touchée à balles réelles. La peur l’a fait tomber et l’a laissée comme paralysée au sol. Les combattants de Franck Diongo l’ont ramassée et mise en sécurité.

Cette expérience malheureusement lui fera renoncer à la Majorité Présidentielle de Kabila pour rejoindre l’Opposition. Elle écrira une lettre ouverte à Barack Obama pour demander le départ de Kabila

Elle écrira également des lettres ouvertes aux personnes de bonne volonté pour demander des sanctions financières et restrictions de voyage contre Joseph Kabila, les autorités de la police, de l’armée et des services de sécurité.

Elle se mettra en embuscade à l’hôtel du fleuve pour joindre Nicky Alley, envoyée spéciale du Président Obama, déjouant la vigilance des services de l’ANR et des services secrets américains pour délivrer son message sur une feuille duplicateur  » Kabila must go « .

Dans son adresse au peuple congolais durant l’émission Table ronde de Congo web avec le journaliste Ambroise Muamba, jeudi 29 décembre 2022, elle annonce sa candidature à la Présidence de la République et demande la confiance du peuple.

Tous les actes politiques qu’elle a posés ne sont pas de la folie comme l’ont fait croire les services de sécurité, mais des actes de courage. Elle dit qu’elle est l’arrière-petite-fille du grand Roi Lokele Lobanga Wa Yalotcha. Que ce roi était un léopard, et elle, son arrière-petite-fille, est aussi un léopard. Elle a le courage du léopard.

Elle pose sa candidature  » pour la protection de la terre des ancêtres menacée de balkanisation par le Rwanda et les Etats de la communauté de l’Afrique de l’Est « . Selon elle, les territoires occupés par le M23 le sont par les RDF de KAGAME. Les deux ou trois terroristes du M23 sont des pantins à la solde de Kagame pour faire croire à une rébellion alors que l’objectif est la balkanisation.

Lorsqu’elle a entendu, sur les réseaux sociaux, un pantin du M23 dire qu’il remettait la localité de Kibumba aux Forces Kenyanes et qu’il interdisait aux Fardc d’y pénétrer, Bernadette Tokwaulu a décidé de poser sa candidature à la présidentielle  » pour protéger le pays contre la balkanisation ».
Cette candidate est juriste, titulaire d’une DEA de Droit des Affaires de l’Université de Lille en France.

Elle a fait toute sa carrière professionnelle a la Snel ou elle a occupé, de 1995 à 2007, la fonction de secrétaire, premier grade de fonction dans l’entreprise nommée par son conseil d’administration.

Dans les entreprises publiques, les fonctions de Président Directeur Général, Directeur Général Adjoint, Administrateur Directeur Technique et Administrateur Directeur Financier sont des nominations politiques par ordonnances présidentiels. Ces derniers forment le Comité de Gestion de l’entreprise avec la participation du Secrétaire Général.

En raison de la valse politique des membres du Comité de Gestion, la Secrétaire Générale Bernadette Tokwaulu a été le gestionnaire permanent, point d’ancrage de la Snel, pendant 12 années.

Par rapport à un conflit qui l’oppose à une de ses sœurs, Tokwaulu affirme haut et fort que, au regard de sa moralité et son éducation, elle n’a jamais, alors jamais pris l’argent de cette dernière.

C-RA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :