Ceni/Confessions religieuses : le Casc et le Cnsc conseillent la voie du dialogue

Le Collectif d’Actions de la Société Civile et le Conseil National de la Société Civile accordent une attention particulière et suivent de près le processus de désignation des membres de la Commission Électorale Nationale Indépendante (Ceni) par des composantes désignées conformément à la Loi Organique n°21/012 modifiant et complétant la Loi Organique n°10/013 du 28 juillet 2010 portant Organisation et Fonctionnement de la Commission Électorale Nationale Indépendante, telle que modifiée et complétée par la Loi Organique n°13/012 du 19 avril 2013, loi promulguée en date du 03 Juillet 2021 par le Président de la République.

Dans une déclaration rendue publique ce vendredi 30 juillet, le Casc et le Cnsc observent une situation très préoccupante qui ne favorise pas le consensus et l’harmonie dans le choix des animateurs de la centrale électorale, risquant ainsi de nous plonger dans l’incertitude et dans un état de stagnation à éviter.

En ce qui concerne le choix du Président de la Ceni, le Casc et le Cnsc exhortent les confessions religieuses à suivre la voie du dialogue dans le respect des principes et textes régissant la plateforme des confessions religieuses, à transcender les intérêts partisans, à privilégier la compétence en rejetant tout comportement qui frise la cohésion nationale et qui expose certains candidats à l’exclusion sur base de considérations tribales.

“La nation congolaise est regardante et très préoccupée par cet énième incident qui expose nos pères religieux à une sorte de lutte politique”, constatent ces deux structures qui invitent toutes les forces à œuvrer pour l’encadrement du prochain processus électoral, à souscrire à un plan citoyen et stratégique pour l’éducation électorale des électeurs afin de renforcer la culture démocratique et électorale, à tenir compte des enjeux et du besoin ultime du peuple congolais de voir s’organiser des élections crédibles, transparentes et apaisées.

Pour le choix des membres de la plénière, le Casc et le Cnsc appellent l’Assemblée Nationale à considérer les inquiétudes des uns et des autres au sein de la Société Civile, à ouvrir la porte à tous les candidats de toutes les organisations spécialisées sur les questions électorales sans discrimination conformément à l’article 10 de la loi ci-haut soulevée étant donné que toute démocratie se fonde notamment sur le principe d’équité, d’inclusivité, de transparence, d’intégrité et de la majorité.

“L’Assemblée Nationale a le devoir d’ouverture à toutes les forces religieuses et sociales pour un cycle électoral crédible, moins contesté et qui écarte tous les antivaleurs précédemment connus. Le principe démocratique exige de suivre la loi de la majorité, d’où la nécessité de l’Assemblée Nationale à considérer le rapport de la majorité votante des confessions religieuses en vue de la désignation du Président de la Ceni”.

Le Casc et le Cnsc continuent de croire que toutes les composantes et forces agiront dans l’optique de sauvegarder et de consolider notre jeune démocratie.

C-RA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

fr_FRFrançais
%d blogueurs aiment cette page :
Send this to a friend
Aller à la barre d’outils