Deuxième jour du Procès dans l’affaire présumée détournements de fonds publics au programme de 100 jours

Procès devant le tribunal de la Grande Instance de #Kinshasa #Gombe, siégeant en chambre à la Prison Centrale de #Makala dans l’affaire du présumé détournements de fonds publics au programme de 100 jours, initiés par le Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo.

Cette journée, du lundi 25 mai 2020, est consacrée à l’affectation d’une somme de 57 millions de USD. Elle a permis de rentrer dans le fonds du dossier.

Les prévenus (2), Samih Jammal, directeur général de la Société Samibo et Vital Kamerhe, ont comparu et ils ont répondus aux questions du ministère public mais aussi des avocats de la République.

Le prévenu Jammal a répondu tant bien que mal aux questions sur les statuts de ses entreprises et également sur les mouvements de ses comptes bancaires.

Quant au prévenu Kamerhe, il a brillamment répondu aux questions lui sont posées par les avocats de la République et le ministère public.
Vital Kamerhe s’est interrogé sur sa présence à ce procès et son séjour de 40 jours à la prison centrale de Makala car son lien direct avec l’accusation concernant le détournement n’ayant pas été établi. Par contre, le nom de l’ancien ministre Bitakwira a été souvent mentionné.
Vital Kamerhe déclare n’avoir pas signé de contrat lié au marché pour la construction des maisons préfabriquées avec la société Samibo Congo de Jammal Samih.
A l’en croire, ce premier contrat qui date de 2018 et son avenant signé en 2019, avait été signé par l’ancien ministre du développement rural, Justin Bitakwira.
Il demande leur comparution pour la prochaine audience renvoyée au 3 juin 2020.

Cette journée nous a permis d’avoir une idée sur la suite du procès. Les avocats de Vital Kamerhe ayant émis un recadrage sur les invitations à comparaitre de madame Kamerhe et de leur fille, stipulant que « les témoins sont cités en fonction de l’instruction ».
L’autre camps arguant que la requête cite plusieurs noms déjà liés au dossier. « Pourquoi s’agiter car le tribunal est actif… Le droit d’appeler qui que ce soit pourrait être édifiant… C’est le début d’une série de procès sur les 100 jours… C’est plusieurs dossiers et le Parquet continue à poser des actes… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *