Fatshi en quête de 58 milliards $US pour le développement de la RDC

Sauf changement de dernière minute, il sera présenté aux bailleurs des fonds, ce vendredi 26 août, un plan multisectoriel d’une valeur des 58 milliards USD pour le développement et l’industrialisation de la République démocratique du Congo par le premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge.

C’est le ministre en charge de l’Industrie, Julien Paluku, qui a annoncé cette nouvelle à travers son compte Twetter. Félix-Antoine Tshisekedi, sous sa double casquette de chef de l’Etat et de président en exercice de l’Union Africaine, sera en tournée au courant du mois de septembre dans trois pays européens et la Turquie pour rencontrer des investisseurs autour de ce plan bénéfique pour la relance économique de la RDC.

Les protocoles de trois pays européens à savoir l’Allemagne, l’Italie et la Belgique, ainsi que la Turquie, en califourchon entre l’Europe et l’Asie, annoncent les passages du président de la RD Congo et de l’Union Africaine dans leurs pays respectifs. Ce, pour obtenir les promesses des investisseurs étrangers. A l’étape de l’Allemagne qui a disponibilisé à elle seule 28 milliards $US sur ce montant global, Fatshi devra rencontrer les bailleurs de fonds pour finaliser le protocole d’accord déjà signé il y a quelques mois pour la modernisation de 10 000 KM de voie ferrée avec la possibilité de connexion des 26 provinces de la RDC par rail.

Les trois sociétés du secteur, la Société commerciale des transports et des Ports (Sctp), Société nationale de chemin de fer du Congo (Sncc) et le Chemin de fer des Uele (Cfu) sont concernées par cet investissement.

En Italie, 6ème investisseur mondial sur le continent africain, le premier ministre Mario Draghi se prépare déjà à rencontrer le successeur de Joseph Kabila. Il en est de même pour d’autres officiels et privés.

En Belgique, il est déjà annoncé au Palais de Laeken, par les services du protocole du Roi des Belges et à la Résidence officielle du premier ministre.

La Turquie va aussi contribuer à ce plan d’industrialisation. C’est ce qui va expliquer l’étape d’Ankara, la capitale de ce pays située en Asie où il va rencontrer le président Recep Tayyip Erdogan. Ce dernier, à l’époque premier ministre, avait soutenu le Forum des Médias entre la Turquie et l’Afrique. Il annonçait la détermination de son pays à fouler ses pieds dans le continent africain sur base des relations dignes.

C-RA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

fr_FRFrançais
%d blogueurs aiment cette page :
Send this to a friend
Aller à la barre d’outils