Maréchal Mobutu: mort en exil il y a 24 ans, le rapatriement de sa dépouille toujours attendu

7 septembre 1997 – 7 septembre 2021, cela fait 24 ans que le président du Zaïre, Mobutu Sese Seko, a quitté la terre des hommes, après avoir été chassé par Laurent-Désiré Kabila et l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo (Afdl).

En effet, Mobutu avait quitté la République démocratique du Congo très malade, et quasi abandonné par plusieurs de ses collaborateurs avec lesquels il a régné durant 32 ans.

Décédé presque seul à Rabat, au Maroc où il a été enterré en toute intimité, son corps n’a jamais été rapatrié au pays de ses ancêtres. Non pour des raisons politiques, mais plutôt familiales. À l’époque, Joseph Kabila était ouvert au rapatriement. Mais la famille biologique ne s’est pas accordée pour certains préalables. Depuis, la machine a bloqué.

Arrivé au pouvoir, Félix Tshisekedi a également promis le retour au pays de cet ancien président. Mais cela ne peut se concrétiser sans le feu vert des Mobutu.

En attendant, le Grand Léopard, président fondateur du Mouvement populaire de la révolution (MPR), l’Unificateur, le Pacificateur, le Rassembleur… comme il aimait bien qu’on l’appelle, totalise 24 ans loin de son Zaïre, après 32 ans de règne.
Il est mort en exil d’un cancer de la prostate dans un hôpital de Rabat.

Le 17 mai 1997, il était contraint de quitter Kinshasa, alors aux mains des rebelles dirigés par Laurent Désiré Kabila.

Dictateur, Mobutu Sese Seko avait néanmoins dirigé son pays d’une main de fer. “Vous aviez un président qui avait l’éloquence, la corpulence, et l’élégance”, disait une étudiante camerounaise à l’Université de Kinshasa.

Aujourd’hui, la tombe de l’ancien homme fort du Zaïre jouxte les sépultures anonymes de compatriotes migrants, morts noyés dans la méditerranée.

On peut tout lui refuser, mais il était le symbole de l’unité nationale.

C-RA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

fr_FRFrançais
%d blogueurs aiment cette page :
Send this to a friend
Aller à la barre d’outils