Nord-Kivu : enfants mineurs dans les zones minières, gouvernement informé (parlement des enfants)

three yellow excavators near front end loader

Le Parlement des enfants de Butembo-Lubero met en garde contre la présence d’enfants mineurs dans plusieurs zones minières de la ville de Manguredjipa et des environs dans le territoire de Lubero au Nord-Kivu. Cette organisation d’enfants l’a indiqué le jeudi 22 décembre sur cretroctuel.com au cours de son message de salutation adressé aux enfants.

Selon son président, un taux élevé de vulnérabilité des familles, l’extrême pauvreté des responsables des familles sont le nœud de cet engouement des enfants à divers sites miniers. Kambale Bangaghe Reagan regrette que certains parents de la région de Bapere favorisent cette pratique qui va à l’encontre des droits de l’enfant.

 » Le parlement d’es enfants de Butembo et Lubero n’a jamais cessé de déplorer la présence des enfants mineurs actifs dans les carrés miniers, dans la profondeur de secteur des Bapere et aux alentours du chef-lieu de cette même collectivité précitée, plus précisément à Manguredjipa. Ces enfants sont victimes de la pauvreté de leurs familles. Il est très important que nous fassions sortir ces jeunes des sites miniers. Leur place est à l’école », affirme Kambale Bangaghe Reagan.

La présence des enfants mineurs actifs dans les carrés miniers,
La présence des enfants mineurs actifs dans les carrés miniers.

Afin de plaider pour les droits de l’enfant, le président du parlement d’enfants Butembo-Lubero indique avoir saisi le gouvernement congolais et d’autres partenaires pour que ces enfants soient retirés de ces sites.

Selon lui, l’Etat congolais devrait considérer le problème de l’enfant comme une de ses priorités. Ce dernier estime que l’échec de la gratuité de l’enseignement primaire et secondaire serait une autre raison majeure.

Ce qui est important pour nous, c’est que ces enfants puissent avoir un avenir prometteur, comme beaucoup d’autres enfants de la République démocratique du Congo. Il faut les scolariser. Voilà pourquoi nous exhortons le gouvernement congolais à assumer davantage de responsabilités », a-t-il déclaré.

Il convient de noter que cette situation est bien connue dans l’est de la RDC. Des agglomérations de parcelles minières enregistrent chaque année des enfants mineurs très actifs sur ces sites.

Néhémie Mbusa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :