Pollution de la rivière Tshikapa: le silence du “Warrior” de la Santé, JJ Mbungani, inquiète

La pollution de la rivière Tshikapa a causé des maladies aux victimes congolaises de la province du Kasaï et du grand Bandundu, au point que certaines ont perdu leurs vies.

Curieusement, le ministre de la Santé publique, Jean-Jacques Mbungani, n’initie aucune démarche pour sauver des victimes encore en vie. Même pas un diagnostic fait pour attaquer la cause.

Tenez! Ce “Warrior” n’a pas fait de déplacement sur place pour assister ses compatriotes, abandonnés à leur triste sort, attendant désespérément la mort.

Jean-Jacques Mbungani avait sacrifié la vie de tout un peuple, il y a plus de deux mois passés, en faisant poireauter une équipe venue du Cameroun pour la distribution gratuite des intrants sanitaires contre la Covid-19. L’homme était toujours indisponible pour lancer cette opération, au point que les partenaires sont rentrés au Cameroun. Et c’est tout le peuple congolais qui est sacrifié.

Face à cette catastrophe, le député national Guy Mafuta Kabongo avait interpellé plusieurs membres du Gouvernement, en adressant des lettres à la Vice-Premier ministre de l’Environnement et Développement durable, au ministre de la Pêche et Élevage, son collègue de la Santé et celui de la Coopération internationale et intégration régionale, afin qu’une solution soit trouvée le plus rapidement face au risque inestimable de perte en vies humaines.

“Nous venons à peine de saisir officiellement la Vice-Premier en charge de l’Environnement sur un sujet qui préoccupe la population du Kasaï. Depuis 10 jours déjà, nous avons assisté à une coloration des eaux de la rivière Kasaï. C’est une grande rivière qui est un grand affluent du fleuve Congo de qui dépend la vie de plusieurs milliers de compatriotes. Plusieurs milliers des villages longent cette rivière et beaucoup d’activités y sont réalisées notamment la pêche et au Kasaï la recherche du diamant, l’usage de l’eau à des fins de ménages. Quand la population a des problèmes de s’abreuver, c’est cette eau qu’elle boit. Et c’est cette eau qui, manifestement, contiendrait des substances toxiques. Nous l’avons remarqué avec la présence de plusieurs poissons morts. De gros poissons qui flottent sur l’eau. Ce qui prouve à suffisance que quelque part, il y a eu un problème”, a expliqué le député national Guy Mafuta Kabongo.

Selon l’élu de Tshikapa, plusieurs témoignages recueillis sur place indexent un pays voisin (Ndlr Angola) où la rivière tire ses sources, comme responsable de cette pollution. D’où la complexité du dossier et l’importance de l’implication du ministre de la Coopération internationale.

“Là, nous interpellons le gouvernement, nous avons saisi la VPM de l’Environnement, le ministre de la pêche et celui de la Santé puisque la vie de nos compatriotes est en danger. Nous avons saisi le ministre de la Coopération et de l’ Intégration régionale parce que les propos recueillis ça et là qui convergent d’ailleurs démontrent que la cause viendrait d’en dehors de notre pays. Vous savez, la rivière Tshikapa tire ses sources d’un pays voisin, laquelle rivière se reverse sur la rivière Kasaï qui à son tour va dans le fleuve Congo. Aujourd’hui, au-delà de la province du Kasaï, même la province du Kwilu est aussi touchée. Au niveau de Dibaya-Lubwe, nous avons appris que l’eau a également changé de coloration”, a-t-il poursuivi.

Et d’ajouter, “C’est pourquoi nous avons saisi les autorités pour que sonnette d’alarme soit tirée afin qu’il y ait une mission conjointe et mixte sur terrain. Qu’on arrive à déterminer les causes. Qu’on arrive à évaluer les dégâts et qu’on arrive aussi à apporter les solutions pour que cette population qui est paupérisée puisse être épargnée d’un grand danger humanitaire. L’affaire est très sérieuse et mérite une sensibilisation tous azimuts”.

Maître Guy Mafuta qui regrette qu’il n’y ait pas de plénière à l’Assemblée nationale afin d’adresser des questions orales avec débats aux différents ministères concernés, dit avoir accompli sa mission en tant qu’élu et représentant de la population.

C-RA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

fr_FRFrançais
%d blogueurs aiment cette page :
Send this to a friend
Aller à la barre d’outils