#RDC : Pépin-Guillaume Manjolo lance la « Stratégie Nationale de la Promotion de l’Intelligence pour le Développement ».

La 35 ème réunion ordinaire du Conseil des Ministres, tenue vendredi 12 juin, a adopté la Politique Nationale des Bourses d’Études qui a été présentée par le Ministre d’Etat, Ministre de la Coopération Internationale, Intégration Régionale et #Francophonie, Pépin-Guillaume Manjolo.
Cette politique s’inscrit dans la mise en œuvre du Plan National Stratégique de Développement (#PNSD).

S’appuyant sur la Déclaration de Paris relative à l’appropriation de l’aide au développement par les pays bénéficiaires et du Plan d’Action d’Accra, le Ministre d’Etat indique que dorénavant les offres de bourses d’études et de recherche de nos partenaires doivent rencontrer les besoins réels du peuple congolais et se conformer au Plan National Stratégique de Développement (PNSD).
Il déplore aussi la manière « désordonnée » dont les bourses sont affectées au pays, alors que seuls les Ministères des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale devraient constituer les interfaces exclusives en cette matière, relevant de la Coopération au Développement.

Ainsi, Me. Pépin-Guillaume Manjolo a plaidé pour la mise en place d’un Comité interministériel sur la Stratégie de la Promotion de l’Intelligence pour le Développement, en vue de canaliser les bourses d’études à l’étranger et de financer la Recherche sur le plan national ; les ministères concernés seraient le Ministère de l’ESU, le Ministère de l’EPST, le Ministère de la Jeunesse, le Ministère de la Recherche Scientifique et le Ministère de la Formation Professionnelle.

Il faut noter que selon sa philosophie, décrite dans son ouvrage «l’homme et la structure» paru en 2016, Me. Pépin-Guillaume Manjolo soutient que le développement de la Nation Congolaise passe par la promotion de l’intelligence ; « A l’exemple des pays comme le Japon ou la Corée qui n’ont pas de matières premières, la richesse est créée par les inventions, les nouvelles technologies, etc. Lorsque la RDC vend le cobalt à son taux le plus élevé, soit 130 000 dollars la tonne, les #GAFA (#Google, #Apple, #Facebook et #Amazon) en tirent un chiffre d’affaire de 15 milliards de dollars, simplement en y injectant de l’intelligence ! Par conséquent, nous devons cesser de faire le troc de nos matières premières et encourager la transformation localement.».

Il est rare de voir un homme politique, congolais de surcroit, demeurer constant dans vision et la mettre en pratique dès qu’il arrive en fonction ; preuve en est que dans «l’homme et la structure», page 124, Guillaume Manjolo propose même son mode de financement : « L’Etat RD Congolais est doté de multiples outils à même de mobiliser et de capter les recettes nécessaires à la politique proposée, mais bien malheureusement autant, la compétence des cadres et agents est réelle, autant les réformes souvent quantitatives ne visent jamais la qualité. Avant de nous appesantir sur la qualité, attachons-nous à circonscrire une cible source d’un potentiel infini en termes de recettes directes, la bière et toutes les boissons gazeuses ou soft drink. Il est établi qu’il se consomme en moyenne par an plusieurs centaines de millions de bouteilles qui génèrent des sommes colossales ! Ces produits incontournables ayant créé l’addiction dans toutes les couches sociales, sont consommées par le plus grand nombre et l’accoutumance va toujours crescendo. Nous proposons donc que soit ponctionné une taxe temporaire spéciale, laquelle sera d’ailleurs indolore, qu’on subdivisera en quatre quotités de parts égales, qui serviront, la première pour financer la formation militaro-civique, la seconde le service militaire obligatoire, la troisième la recherche fondamentale et appliquée, et la quatrième le secteur énergétique. Cette assiette fiscale pourrait être élargie à d’autres secteurs nocifs pour la santé, mais générateurs de richesse, à l’aune du tabac.».

Ainsi une nouvelle génération de jeunes talents congolais verra le jour, brillant par leurs inventions et innovations dans tous les secteurs de l’économie, créant de la richesse et des emplois, pour apporter des solutions à nos problèmes et hisser enfin la RDC sur la rampe du progrès.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *