La Fikin… de triste mémoire. Et si Fatshi la ressuscitait ?

La Foire internationale de Kinshasa (FIKIN) est une manifestation internationale à caractère commercial, industriel, agricole et artisanal, située dans la commune de Limete (entrée principale face à Lemba), à Kinshasa, en République démocratique du Congo.

C’est est aussi le lieu où se déroulait cette manifestation biennale. Toutes les années impaires, au mois de juillet, la FIKIN accueillait des participants internationaux. Les années paires, il s’y tenait une rencontre nationale.

La première édition internationale s’est tenue du 30 juin au 14 juillet 1969. Plusieurs autres manifestations internationales y ont eu lieu.

Elle est membre de l’Union des foires internationales (UFI) depuis 1973.
En 1991, et ensuite en 1993, la FIKIN, dans son édition nationale, a été victime des pillages dans la ville de Kinshasa. Depuis, elle tourne au ralenti.

50 ans après sa création, la FIKIN tend vers sa ruine

La Foire internationale de Kinshasa (FIKIN) a totalisé 52 ans d’existence depuis le samedi 09 août dernier. L’occasion nous semble indiquée pour faire un clin d’œil à cet établissement public (crée en 1969). Surtout qu’en dehors de son caractère forain, Elle a également un caractère commercial, industriel, agricole et de détente. Elle constitue, à ce titre, une source génératrice de recettes pour l’Etat congolais.

La FIKIN a connu des temps forts de son histoire, d’autant plus qu’elle était un rendez-vous annuel à ne pas rater par les élèves qui n’attendaient que les vacances pour s’y rendre avec leurs familles. Quelques années après, elle a été victime des évènements malheureux qui l’ont suffisamment déstabilisée, notamment les deux pillages qu’a connus la République démocratique du Congo en 1991 puis en 1993.

Aujourd’hui, cet établissement n’existe plus que de nom, malgré des efforts fournis pour son maintien. Cinquante deux années plus tard, l’administration de la FIKIN éprouve d’énormes difficultés pour son décollage.

Et si Fatshi la ressuscitait ?

Dans son discours d’investiture le 24 janvier 2019, le président Félix Tshisekedi n’a malheureusement pas inscrit la réfection de la Foire internationale de Kinshasa. Pourtant, elle est choisie parmi les sites pouvant abriter les jeux de la Francophonie prévus à Kinshasa en 2022.

A quelques mois de cette grande rencontre, aucun coup de balai n’est jusque-là donné pour que cet espace soit revêtu de sa nouvelle robe. Le lieu est plutôt transformé en un point de rencontre des amoureux pour satisfaire leurs appétits sexuels.

Félix Tshisekedi a encore deux ans pour terminer son premier mandat. La résurrection de la FIKIN contribuera énormément dans son bilan, s’il tient à solliciter un second mandat au peuple congolais. Des investisseurs ne manquent pas pour faire renaître cette structure, version moderne, dans le respect des normes internationales.

“La première et l’unique fois que j’ai vu un diamant de mes propres yeux, c’était à la FIKIN”, témoigne un parent qui rappelle que c’était un lieu où les enfants apprenaient beaucoup sur le plan social, économique, historique, culturel… En plus, toutes les entreprises, publiques et privées, occupaient des pavillons où elles présentaient leurs produits et services.

Aujourd’hui, tout ce qui reste de cette foire, c’est le batteur de tam-tam.

C-RA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

fr_FRFrançais
%d blogueurs aiment cette page :
Send this to a friend
Aller à la barre d’outils