Nord-Kivu : la prison centrale de Kakwangura devient lieu de mort.

prison centrale de kakwangura

La prison centrale de Kakwangura dans la ville de Butembo dans le Nord Kivu a connu une pénurie de nourriture depuis des mois. Les locataires de cette maison carcérale sont aussi victimes de différentes maladies, comme la diarrhée, à rapporter le rapport de monitoring mené par le réseau pour les droits de l’homme, REDHO.

Dans ce document de 3 pages parvenu à cretroactuel.com, cette organisation des droits de l’homme révèle que le dispensaire et la pharmacie de cette prison ne disposent pas de médicaments appropriés pour traiter ces malades parmi les 649 locataires dont deux femmes, dix enfants et 138 autres détenus venus de Rutshuru. Dans le présent rapport, la REDHO signale que la prison de Kakwangura fait face à une pénurie de rations mensuelles. Par conséquent, environ 5 détenus sont décédés après 11 jours. Cet organisme déplore qu’aucune mesure n’ait été prise par les autorités compétentes pour remédier à ce fléau.

Pour faire face à cette situation, le réseau pour les droits de l’homme, REDHO s’adresse :
– Au ministre de la Justice et au gouvernement provincial du Nord Kivu d’approvisionner en vivres et médicaments la prison de Kakwangura. Mais aussi de réhabiliter en toute urgence la cellule des femmes pour qu’elles soient gardées dans des bonnes conditions ; »

– Aux magistrats des parquets et tribunaux civils que des militaires d’accélérer le traitement des dossiers en justice ;

– Aux organisations humanitaires nationales qu’internationales d’appuyer l’État congolais dans la réhabilitation des cellules des femmes, d’approvisionner le dispensaire et la pharmacie à médicaments et vivres à la prison de Kakwangura;

– Aux bonnes volontés ainsi qu’aux confessions religieuses à venir en aide aux détenus.
Ce document porte la signature de Muhindo Wasivinywa, son coordinateur.

Depuis que les rebelles de l’ADF ont attaqué la prison centrale de Kakwangura, celle-ci se trouve dans une situation alarmante. Vidé de plus de 700 locataires, on dénombre aujourd’hui plus de 649 prisonniers.

Néhémie Mbusa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :